Ces doutes qu’on redoute à Rome

24-11-2016  
Classé sous Actualités, Rome

En septembre, quatre cardinaux soumettaient respectueusement au pape les doutes que soulève l’exhortation Amoris lætitia, sur la question des divorcés « remariés ». Depuis deux mois, ils ne reçoivent en réponse à ces doutes cardinalices qu’un silence papal. Ont-ils raison ? Ont-ils tort ? Le souverain pontife ne répond ni oui, ni non.

A l’occasion du dernier consistoire, la réunion qui permet aux cardinaux de se retrouver la veille, autour du pape, a été annulée sans explication, mais peut-être pas sans raison… On dit que François préférait éviter un débat entre prélats, car il redoute ces doutes.

Qu’en est-il de la parrhèsia, cette liberté de parole, cette franchise sans flatterie à laquelle le Saint-Père avait invité les participants au synode sur la famille ? Faut-il en conclure qu’ils étaient libres de parler de tout, mais pas d’exprimer le moindre doute ?

Au fond, comme le dit un bon analyste de la crise présente, on voit deux conceptions de l’Eglise s’affronter : « D’un côté il y a ceux qui considèrent qu’il est du devoir pastoral de l’Eglise d’enseigner la doctrine révélée, telle qu’elle est ; de l’autre, ceux qui préconisent comme unique attitude pastorale acceptable, l’accompagnement, le discernement et l’intégration ». Mais l’intégration pastorale des divorcés « remariés » peut-elle se faire au risque d’une désintégration de la doctrine et de la morale ? Est-il interdit de douter de la légitimité doctrinale d’une telle pastorale ?

Un doute ne se redoute pas, il se résout.

Abbé Alain Lorans

 
Réactions à la demande de quatre cardinaux au pape de « faire la clarté » sur Amoris lætitia
Dubia de quatre cardinaux adressés au pape François : « Faire la clarté »

Les commentaires sont désactivés