Il y a 42 ans…

20-11-2016  
Classé sous Documents

Le 21 novembre 1974, Mgr Marcel Lefebvre publiait à Ecône sa célèbre déclaration :

« Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité.

« Nous refusons par contre et avons toujours refusé de suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante qui s’est manifestée clairement dans le concile Vatican II et après le concile dans toutes les réformes qui en sont issues.

Lire la  suite : ici.

Le 18 mai 1975, le fondateur de la Fraternité Saint-Pie X donnait le sens exact de cette déclaration :

« Jamais il n’a été dans mon intention ni dans celle de mes collaborateurs, de rompre en quoi que ce soit l’unité avec l’Eglise catholique et avec son chef légitime, le pape Paul VI. Aussi, solennellement, je renouvelle mon attachement au Souverain Pontife et à la hiérarchie catholique dont, par la grâce de Dieu et l’autorité du siège apostolique, je fais partie depuis près de 30 ans. Interpréter ma déclaration du 21 novembre, dans un sens schismatique est une chose impossible et je l’ai rappelé à M. l’abbé de Nantes, dans ma lettre du 19 mars 1975 dans laquelle j’écrivais : “Sachez que si un évêque rompt avec Rome ce ne sera pas moi”. Ma déclaration le dit explicitement et fortement. »

« Cependant nier l’influence moderniste et libérale qui s’exerce dans l’Eglise, spécialement depuis le concile Vatican II, dans des réformes qui prétendent être inspirées du concile, équivaudrait à nier l’évidence qui se fait chaque jour plus pressante et douloureuse au cœur des fidèles.

« Nous respectons en toute sincérité les textes de ce concile pastoral dans la ligne de toute la Tradition, ainsi que le précisait le Souverain Pontife Jean XXIII, dans son allocution qui clôturait la messe d’ouverture du 11 octobre 1962. C’est pourquoi nous réprouvons avec vigueur toute ambiguïté et toute interprétation abusive des textes de Vatican II et, nous professons l’autorité de ce concile dans le respect des différentes notes théologiques, applicables à tous les textes conciliaires. Foi en l’Eglise, foi dans le primat du Pontife romain, le refus de tout ce qui contribue à l’autodestruction de l’Eglise, telle est la ligne que nous suivons dans et malgré l’épreuve présente.

« Ecône se veut une source sacerdotale pour contribuer à l’édification de l’Eglise catholique apostolique et romaine. Ecône n’a pas d’autre prétention. »

(Source : FSSPX/MG – DICI n°325 du 20/11/15)

Les commentaires sont désactivés